lundi 2 novembre - fermeture des services de l'administration Woluwe 1200mon dossier fgov - service public fédéral intérieurWoluwe 1200 - interdiction de stationner aux emplacements voitures électriquesCovid 19 : Quand devez-vous vous faire tester ?Livraisons Horeca : tous les fournisseurs de Woluwe1200Semaine de l'emploi : dynamic-emploi Woluwe 1200Woluwe 1200 - 1ère commune bruxelloise à devenir Ville Amie DémenceEcoQuartier Schuman-Charmille : Woluwe 1200Cycle de conférences 2020 webinaires de Homegrade.BrusselsConférence Woluwe 1200 : challenge zéro déchetCharte du Développement Durable - Woluwe 1200We love Woluwe - Cartographie de vos espaces vertsJ'ai besoin d'aide, qui appeler ? Activation du 1722

Des parcs et des espaces verts remarquables

 

Woluwe-Saint-Lambert est l’une des communes les plus arborées de la Région bruxelloise. Environ 8,5% de son territoire est constitué d’espaces verts publics, soit 13,9 m2 par habitant, pour une moyenne régionale de 12 m2. Les espaces verts, ce sont bien sûr les parcs et jardins publics, mais aussi les plaines de jeux et certains espaces plus discrets, comme les bermes centrales des voiries, les bacs à plantes, ou les dizaines d’endroits où la nature reprend ses droits, de manière étudiée, dans l’espace public.

 

C’est le service des Jardins publics de la division Nature qui s’occupe de la gestion de tous ces espaces verts et des plantations

Il a procédé au recensement des 6.000 arbres d’alignement que compte la commune. Chacun a été identifié par une plaquette métallique numérotée correspondant à une fiche informatique qui permet de suivre leur état sanitaire et de veiller à leur bon entretien.

La commune compte 243 arbres remarquables dont 4 sont inscrits sur la liste de sauvegarde.

Notre commune bénéficie tout au long de l’année d’un beau fleurissement, un travail de chaque instant pour les jardiniers communaux qui cultivent et entretiennent chaque année:

  • 20.000 plantes annuelles pour la décoration des parterres (parcs et voiries);
  • 20.000 plantes bisannuelles (fleurissement des parterres de l’automne au printemps);
  • 25.000 plantes annuelles plantées en structures orales dans les serres;
  • 12 caisses d’orangerie plantées d’agrumes, oliviers et palmiers;
  • 6.000 bulbes de printemps;
  • 685 chrysanthèmes.

Dans un souci de préservation de la biodiversité, la commune opte, chaque fois que c’est possible, pour des plantes vivaces, choisies pour leur vertu mellifère, en assurant un équilibre avec les plantes annuelles qui embellissent certains lieux phares de la commune.

 

Une gestion durable

Le service des Jardins publics veille à faire une gestion raisonnée et durable de ce beau patrimoine naturel. Une bonne partie des plantes de fleurissement sont cultivées dans les 700 m2 de serres communales. Aucun pesticide, ni insecticide n’est utilisé depuis 2001, même pour le désherbage (bien avant l’interdiction régionale de 2013). Afin de limiter la consommation d’eau de ville, deux citernes de 40.000 litres ont été construites, l’une sous les serres, l’autre sous le parking permettant d’arroser les plantes avec l’eau de pluie. En période sèche, un puits artésien alimenté par la nappe phréatique, qui a été construit sous le parking de service des jardins publics, est enclenché permettant, à nouveau, de ne pas utiliser l’eau de ville.

 

Fauchage tardif

Depuis 2013 un programme de fauchage tardif (d’été) est pratiqué en certains espaces verts. Il permet aux espèces végétales annuelles de terminer leur cycle de reproduction pour assurer leur pérennité. Cela préserve aussi la survie des insectes liés à ces plantes et crée des couloirs écologiques entre les parcs et les zones vertes. Cela maintient à certains endroits un couvert végétal limitant l’érosion des sols. Un programme de réhabilitation des mares et zones humides (Struykbeken, Malou, parc Saint-Lambert) est en cours de réalisation, de même qu’un programme de réaménagement et de valorisation des petits espaces verts dans les quartiers.

 

Tous les grands parcs de la commune sont classés ou sur liste de sauvegarde
Les principaux parcs communaux

Le parc Malou (8 ha)

Ce parc est le plus ancien et le plus grand de la commune. Établi sur le fond marécageux et les pentes du Struykbeken (affluent de la Woluwe), les premiers jardins du t’Speelgoet furent probablement dessinés au début du 17e siècle. Les propriétaires successifs ont transformé ces jardins structurés en un parc paysager. Aux abords immédiats du château, on trouve de très vieux arbres: marronniers, catalpas, platanes, liriodendrons, liquidambars centenaires… Le fond de vallée est peuplé de deux groupements végétaux intéressants: une frênaie-aulnaie à lierre et ficaire et une aulnaie marécageuse à ortie et reine des prés.
Boulevard de la Woluwe

Le parc des Sources (4,5 ha)

Il doit son nom aux nombreuses sources qui alimentent son étang, il fut créé au début du 20e siècle dans le fond marécageux de la vallée de la Woluwe. L’étang fut creusé entre 1914 et 1918, probablement dans une ancienne tourbière. Le parc faisait partie de la propriété Solvay, dont une partie fut rachetée par la commune en 1964 pour devenir parc public. L’étang est peuplé de nénuphars jaunes et d’hydrophytes submergés. Ses berges sont partiellement colonisées par une végétation semi-aquatique à iris jaune ou des marais et à cirse maraîcher. Conçu comme parc paysager anglais, on peut encore y observer de jolies rocailles et un pont romantique. L’ancien potager est devenu l’actuel jardin biologique. Ce parc est classé comme espace semi-naturel étant donné sa haute valeur biologique. Il bénéficiera bientôt d’un plan de rénovation.
Boulevard de la Woluwe

Le parc de Roodebeek (4,5 ha)

Il est constitué par la fusion des parcs des propriétés d’Émile Devos (devenu musée communal) et de Constant Montald (qui abrite le Roodebeekcentrum). Il fut ouvert au public en 1948. Une partie fut autrefois exploitée comme carrière de pierre et de sable. Il présente un mélange d’essences datant de l’époque où le parc était domaine privé: hêtres pourpres, marronniers, robiniers, cerisiers, et espèces indigènes. Il est inscrit sur la liste de sauvegarde depuis 1998. La procédure de classement est en cours. Outre sa plaine de jeux, rénovée en 2016, le parc comporte un kiosque à musique, une animalerie et un arboretum qui met en valeur la richesse botanique du parc. L’asbl Natura Roodebeek gère l’ensemble de ces infrastructures, de concert avec le service des jardins publics.
314, chaussée de Roodebeek

Le parc Saint-Lambert

Créé en 1989 à l’arrière de la place Saint-Lambert, il présente une zone marécageuse (ancien lit du Leybeek, dérivation de la Woluwe avant la création du boulevard de la Woluwe) plantée de graminées, de joncs et de roseaux, ainsi qu’une roselière naturelle. Verger sauvage à la végétation spontanée faite de peupliers, de saules et d’arbres fruitiers, il bénéfuiciera d’un vaste réaménagement dès la fin des travaux du boulevard de la Woluwe.
Accès par le piétonnier à côté du n° 28, place Saint-Lambert

Hof-ter-Musschen: une zone Natura 2000 (10 ha)

L’Hof-ter-Musschen – Ferme des Moineaux – et ses environs constituent un site semi-naturel à haute valeur biologique de 10 ha, classé Natura 2000. On veille à y préserver la diversité des milieux naturels et à protéger l’habitat de la faune sauvage.

Marais, prés humides, massifs boisés, ferme brabançonne, fournil et moulin à vent forment un remarquable musée de plein air de ce qu’était autrefois le paysage rural du Grand Bruxelles. Établi depuis près de 200 ans sur les alluvions eutrophes de la Woluwe, ce complexe marécageux offre un remarquable échantillon d’espèces végétales qui caractérisaient les plaines du bassin de la Senne. On y observe un groupement à petite berce et à populage des marais au bord du ruisseau, une prairie haute à glycérie aquatique, une magnocariçaie et une aulnaie marécageuse à laîche des marais, une prairie rase à fétuque rouge et des saules taillés en têtard délimitant les prés. La faune sauvage y est aussi très présente.

Co-propriété de l’UCL et de la commune de Woluwe-Saint-Lambert le site est géré par les bénévoles de la Commission Environnement Bruxelles Est (CEBE). Le site Hof-ter-Musschen a reçu en 2014 le 1er prix du Prix belge du Paysage qui récompense une réalisation exemplaire en matière de valorisation du paysage. Il été choisi pour sa qualité paysagère, sa gestion durable et sa participation citoyenne.
2, avenue E. Mounier
Info
CEBE
02.242.50.43
www.cebe.be
Site accessible lors de visites guidées