Projets des autorités flamandes en ce qui concerne la mobilité

Non classé Commentaires fermés sur Projets des autorités flamandes en ce qui concerne la mobilité

Les bourgmestres de Crainhem, Wezembeek-Opem, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre se sont rencontrés pour évaluer les projets des autorités flamandes en ce qui concerne la mobilité.

 

Ce jeudi 29 avril, à l’initiative de Monsieur Gregory Matgen, échevin de la mobilité de Woluwe-Saint-Lambert, les bourgmestres Bertrand Waucquez, Benoît Cerexhe, Olivier Maingain et Frédéric Petit ont décidé d’adopter des positions communes pour répondre aux projets des autorités flamandes en ce qui concerne la mobilité et qui auront des conséquences pour leurs habitants et les activités économiques dans cette partie de Bruxelles et sa proche périphérie.

Ils ont invité à cette réunion Monsieur Renaud Mazy, administrateur général des Cliniques universitaires Saint-Luc.

Ils ont pris acte avec satisfaction de l’annonce de Madame Lydia Peeters, ministre Open-VLD de la mobilité et des travaux publics du gouvernement flamand, de renoncer au projet d’aménagement du carrefour des Quatre Bras avec pour conséquence la suppression d’une bande de circulation sur l’avenue de Tervueren et la chaussée de Tervueren. Ils se réjouissent de ce que la ministre rejoigne la proposition qui a été formulée par leurs communes de réhabiliter les pistes cyclables existant de part et d’autres de ces voiries et, plus particulièrement de la piste cyclable en bordure de la forêt qui offre l’avantage, si elle est réhabilitée, du confort et de la sécurité.

Ils invitent la ministre régionale bruxelloise de la mobilité, Madame Elke Van den Brandt (Groen), à partager la décision prise par sa collègue du gouvernement flamand et d’inviter ses services à mettre en œuvre le projet de réhabilitation des pistes cyclables existantes.

Ils remercient vivement leurs habitants et associations qui se sont mobilisés pour obtenir ce premier résultat positif.

Les 4 bourgmestres ont également déterminé une position commune en ce qui concerne le projet des autorités flamandes d’interdire l’accès au boulevard de la Woluwe à la sortie du ring et d’imposer l’entrée et la sortie du ring par l’échangeur Crainhem. Leurs communes émettront un avis négatif au projet, tel que présenté, dans le cadre de l’enquête publique sur la demande du permis d’urbanisme visant à réaliser ce projet.

Ils partagent la vive inquiétude de la direction des Cliniques universitaires Saint-Luc qui considère que la fermeture du boulevard de la Woluwe aura des conséquences hautement préjudiciables pour l’accès aux Cliniques tant pour leurs travailleurs que pour la patientèle. Les Cliniques estiment que c’est quelque 55 % de leurs patients qui seront confrontés à des difficultés majeures de mobilité pour s’y rendre. Les bourgmestres rappellent que les Cliniques universitaires Saint-Luc sont le premier employeur privé de la Région bruxelloise et que le campus universitaire Louvain à Woluwe-Saint-Lambert représente un des plus importants potentiels de développement de la recherche et de la création d’emplois en Région bruxelloise.

Les bourgmestres demandent au gouvernement régional bruxellois et plus particulièrement à la ministre de la mobilité, Madame Van den Brandt, d’intervenir avec plus de détermination auprès des autorités flamandes pour que ce projet soit fondamentalement revu. Celles-ci laissent entendre que des formules alternatives pourraient être envisagées et qui seraint bénéfiques à une mobilité plus adaptée. Ils demandent dès lors que la procédure d’enquête publique sur la demande de permis soit reportée et que le projet alternatif qui a été présenté aux Cliniques universitaires Saint-Luc et qui vise à créer une nouvelle entrée et une nouvelle sortie de l’E40 sur la chaussée de Louvain, soit étudié sans tarder et, si cette hypothèse pouvait être confirmée, qu’elle soit soumise à l’enquête publique. Ils partagent la préoccupation exprimée par le bourgmestre de Crainhem de voir le carrefour dit Crainhem profondément remanié afin de garantir la sécurité de tous les usagers.

Les bourgmestres se sont entendus pour poursuivre leurs démarches auprès des autorités flamandes et bruxelloises afin de les inviter à mieux prendre en compte les préoccupations ainsi exprimées.